Le Bazar des étreintes.

16,00

Chroniques des milongas de Buenos Aires.

134 pages.

En ces jours où la solitude étreint beaucoup d’entre nous, où l’amitié, le sexe et l’affect trouvent leurs réponses sur Internet, le tango ouvre l’opportunité d’une rencontre, corps à corps…

Sonia Abadi
Lire plus...
Catégories : , Étiquette :

En ces jours où la solitude étreint beaucoup d’entre nous, où l’amitié, le sexe et l’affect trouvent leurs réponses sur Internet, le tango ouvre l’opportunité d’une rencontre vivante, corps à corps, ainsi qu’un espace permettant de vivre différents types d’expériences, émotionnelles, sensuelles et artistiques.

Ce livre rend compte des sentiments divers et multiples que l’on éprouve lorsque l’on rentre dans une milonga en Argentine, et aussi, peut-être davantage aujourd’hui que jamais, dans les milongas de n’importe quelle partie du monde. C’est dans ces milongas, que, comme dans un bazar, se manifestent nos attitudes et nos émotions les plus intimes, nos comportements, nos désirs non assouvis, nos craintes, courages et timidités. En ces lieux, aucune des dimensions de notre être ne peut être facilement dissimulée. L’auteur nous implique, nous raconte, nous décrit les différents « caractères » qui participent à cette véritable “Comédie Humaine” – comme Jorge Luis Borges a défini les histoires contées dans les chansons de Tangos.

Abadi nous parle, en définitive, de ce langage beau et subtil du tango, essentiel autant qu’indispensable à l’existence du bal et de la danse.

Sonia Abadi parcourt les espaces du tango en y cherchant son inspiration et laisse sa marque en chacun d’eux. A travers l’écriture, le chant et la danse, son approche originale attire l’attention des amants du tango et de ceux qui, sans encore le connaître, aspirent à entrer dans cet univers.

Ce livre constitue une invitation à partager l’expérience de danser le tango à Buenos Aires. En lui, convergent l’image, la parole et le rythme : il se lit comme en dansant, et lorsque l’on danse on s’en souvient.

Ce dont l’on parle ici, c’est d’un voyage dans le monde de la Milonga, “salle de garde permanente pour les malades du tango, de la vie, des rencontres”. Dans ces pages, on trouve les portraits des figures archétypiques qui peuplent ces réduits du tango, avec leurs codes et leurs anecdotes. Cet univers reflète une part essentielle de l’âme des portègnes et de leur culture.

Comme un pur extrait de vie, dans la Milonga tout se condense en un petit espace, et les détails s’amplifient : les personnages, les différences, les tensions sociales, la relation homme-femme la passion pour la danse.

“Le Bazar des étreintes” a eu un écho dans différents pays ; il a été publié en allemand, suédois, anglais et italien. Diverses revues et sites web en ont diffusé des extraits en plus de vingt langues. Il a éveillé l’intérêt d’anthropologues nord-américains qui l’ont incorporé comme matériel d’enseignement et de recherche au sein de la chaire d’études latino-américaines de l’Université de Berkeley.

Sonia Abadi continue aujourd’hui ses recherches sur l’expansion actuelle du tango et ses réseaux dans la société globale. Elle a réalisé des conférences dans le monde entier, a été invitée de la Maison de L´Amérique Latine de Paris, de la Freie Universität de Berlín, et a partagé son intérêt pour le tango au cours de différents congrès et dans des centres culturels internationaux.

» Article La Salida

» Article Fabrice Hatem